87% des Français veulent que les réseaux sociaux rectifient les fake news

Vecteur de fausses infos et d’intox en tous genres (qui circulent plus vite que la vérité), souvent montrés du doigt pour cela, les réseaux sociaux pourraient rectifier le tir en travaillant avec des « fact-checkers » et en publiant des rectificatifs. C’est ce qu’indique un sondage Yougov réalisé dans plusieurs pays d’Europe, dont la France, pour l’ONG Avaaz, qui veut combattre la désinformation avant les élections européennes.

Voici les résultats de cette enquête, pour la France (1.001 personnes) :

  • 87% des sondés pensent que les entreprises comme Facebook ou Twitter devraient travailler avec des fact-checkers indépendants pour offrir des rectificatifs vérifiés à toute personne exposée à du contenu faux ou trompeur (48% tout à fait d’accord, 39% assez d’accord).
  • 74% pensent que les fausses informations sont une menace pour les élections européennes de mai (32% tout à fait d’accord, 42% assez d’accord) – ce total reste le même pour les utilisateurs de Facebook (31% et 43%).
  • 88% estiment que les plateformes de réseaux sociaux devraient être régulées pour protéger nos sociétés de la manipulation, des fausses informations et d’une utilisation abusive des données (52% tout à fait d’accord, 35% assez d’accord).
  • 81% disent que cette mesure améliorerait leur image des entreprises de réseaux sociaux (39% tout à fait d’accord, 42%).

Selon un précédent sondage (Yougov-L’Obs) il y a trois semaines, 51% des utilisateurs français de Facebook ne lui font pas confiance (par ailleurs 74% des sondés indiquaient avoir un compte actif sur Facebook – loin devant tous les autres réseaux sociaux, le deuxième étant Instagram – 28% -, ils sont 75% dans le sondage Yougov-Avaaz présenté ici).

Mêmes attentes dans quatre pays

Les sondages conduits dans trois autres pays européens (Espagne, Allemagne et Italie) révèlent des réponses proches. Au moins 86% des répondants des quatre pays sont d’accord avec l’idée de publier des correctifs pour les contenus faux et trompeurs – et avec le principe de voir les réseaux sociaux travailler avec des fact-checkers indépendants pour offrir des rectificatifs vérifiés à toute personne exposée à une fausse information; 84% disent que cela améliorerait leur image des réseaux sociaux.

Et plus de 7 répondants sur 10 s’inquiètent de la menace que les fausses informations représentent pour les résultats des élections européennes.

Avaaz a lancé une pétition le 25 février pour demander que les réseaux sociaux « rectifient les intox » – une rencontre de l’association avec Facebook est annoncée pour cette semaine -, signée à présent par plus de 374.000 personnes.

Sauf mention contraire, les données ont été fournies par YouGov Deutschland GmbH. 1.001 personnes ont répondu au sondage, qui s’est déroulé du 13 au 14 février 2019. Les résultats ont été pondérés et sont représentatifs de la population française de plus de 18 ans.

 

Edition de l’Obs

Le partage c'est la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *