Covid-19 en Guinée : à chacun, ses défauts, le ministre Rémy Lamah avait dit que la Guinée ne fermera pas ses frontières…

0
69
Rémy Lamah, photo - archives

AVEUGLEMENT – Son discours avait créé le bouleversement au sein de l’opinion. Autrefois, pendant que le Sénégal, tout près, venait d’enregistrer son premier cas du coronavirus. Mais confiant que le pays avait en partie réussi le combat contre l’épidémie à virus Ebola, les autorités en charge de santé, dont en première ligne, le médecin-colonel Rémy Lamah, se sont laissés emporter dans un triomphalisme rassurant sans faire attention sur les conséquences et la facilité de la contamination rapide du coronavirus.

Dès l’annonce du premier cas du Covid-19 au Sénégal, intervenant dans une radio privée de la place, le ministre de la Santé, colonel Rémy Lamah avait tendance à l’époque, minimisé la teneur de la pandémie du moment, tout en sombrant dans l’imaginaire solidarité africaine, que la Guinée ne fermera pas ses frontières, et alors qu’au Bénin, un pays africain, avait réquisitionné des hôtels pour mettre en quarantaine ceux qui atterrissaient à l’aéroport, y compris les cordons sanitaires ont été mis entre les villes du pays.

L’Etat a l’obligation désormais de mettre la pression sur la structure opérationnelle (ANSS) contre le Covid-19 en vue des résultats.  Et il ne doit pas avoir assez de niveaux de décision. Tous contre le Covid-19 !

 

MAKOURA