Crise post-électorale en Guinée : la NGP (version Soumah) joue sur les deux tableaux entre Alpha et Cellou

0
53

Le mouvement, ‘’Nouvelle génération politique’’ (NGP) a animé lundi 16 novembre, une conférence de presse, relative à la crise post-électorale en Guinée, à cette occasion, l’entité politique a appelé de ses vœux le président Alpha Condé, l’invitant à faire comme son homologue ivoirien, Alassane Ouattara – qui a tendu sa main à son principal adversaire, Henry Konan Bédié en vue d’un dialogue.

« Le président Alpha Condé est le garant de la cohésion nationale, celle-ci l’oblige à s’interdire les discours qui divisent, les actes qui conduisent à douter de la sincérité de sa main tendue », a déclaré Oumou Kadé Soumah, présidente de la branche dissidente de la NGP

La présidente de la NGP a rappelé l’exemple ivoirien : « Confronté à une crise post-électorale, la côte d’Ivoire du président Alassane Dramane Ouattara a posé des actes forts visant l’apaisement des tensions politiques. Le président ivoirien a appelé son principal adversaire, le président Henry Konan Bédié pour discuter directement de ce qui les oppose. Le président Alpha Condé qui a une plus grande expérience politique est capable du mieux. Nous l’exhortons à s’engager dans la voie de l’apaisement », souhaite la président de la branche dissidente de la NGP.

Poursuivant, très inquiète de la crise de confiance qui existe entre les principaux acteurs politiques, Pr. Alpha Condé et Elhadj Cellou Dalein Diallo, la présidente de la NGP dévoile le projet que son mouvement compte entreprendre les jours à venir : « Ainsi dans les jours à venir, la NGP s’adressera à la CEDEAO, l’UA, l’UE et à certaines représentations diplomatiques pour les demander à s’ériger en facilitateur afin d’amener le président de la République et celui de l’UFDG à se parler et à faire des concessions mutuelles en faveur de la paix. Aussi nous adressons les correspondances au président de la République et celui de l’UFDG pour les dire nos souhaits et les envoyer nos propositions en vue d’un dialogue franc, direct et sincère entre eux pour le bien de la Guinée. La Guinée a besoin de la stabilité politique sans laquelle aucun progrès n’est possible », a-t-elle indiqué.

Présent à la conférence, le vice-président chargé des relations extérieures de la NGP, Mamadou Bachir Baldé a pour sa part, exprimé ses attentes des six années prochaines du du nouveau du président Alpha Condé à la tête de la Guinée. « Nous attendons de ce mandat la justice, la paix, l’éducation des enfants. Regardez aujourd’hui l’école guinéenne est en lambeaux. Secundo, nous voulons qu’il est une Guinée unie et indivisible. Nous terminons avec ethnocentrisme et le régionalisme. Nous voulons Une Guinée dont on n’a pas besoin de malinké, Sousou, peulh, forestier etc. ; nous voulons une Guinée indivisible. La seule unique solution dans ce pays, c’est le travail, tout le monde s’est développé sauf la Guinée, depuis 1958 on est indépendant qu’est-ce que nous avons gagné, qu’es ce que nous pouvons dire aujourd’hui comme résultat. Réfléchissons un peu et mettons-nous au travail, arrêtons les guéguerres de clans, qu’on arrête. Ceux qui sont autour du président Alpha Condé qu’ils mettent de l’eau dans leur vin », a-t-il indiqué

Les propos recueillis par Mamadou Dian bah

628568452