Éducation : le Syndicat national de l’éducation bénéficie de nouveaux soutiens

0
26

Les membres de la plateforme des enseignants des écoles privées de Guinée ont acté leur adhésion ce samedi 20 juin au sein du syndicat national de l’éducation (SNE).

En adhérant au Syndicat national de l’éducation ce samedi, le leader de la plateforme des enseignants des écoles privées de Guinée, Sâa Sékou Kamano, a rappelé quelques pans de leurs revendications.

Il s’agit entre autres : « L’octroi des subventions aux écoles privées ; la mise en place d’un comité chargé de recrutement et l’affectation dans les écoles privées ; la réhabilitation de la direction nationale des écoles privées ; le reversement des enseignants de qualité de l’enseignement privé dans les effectifs de la fonction publique ; l’élaboration du contrat écrit déterminé ou indéterminé dûment signé avant l’ouverture des classes ; l’obtention du statut pour tout enseignant ayant exercé pendant deux ans au sein d’une école, ce conformément à l’article 122 alinéas 3 du code du travail ; l’immatriculation à la caisse nationale de la sécurité sociale des enseignants des écoles privées (…) », a-t-il rappelé.

Pour sa part, très ému et préoccupé par la situation actuelle des enseignants des écoles privées de Guinée, le secrétaire général du syndicat national de l’éducation (SNE), Michel pépé Balamou, a réagi en ces termes :  « Le SNE depuis sa naissance le 7 septembre 2018, a en son sein un secrétariat chargé des écoles privées. Nous allons faire du syndicalisme intelligent. Pas aller dans une logique de guerre ; dans la posture va-t-en-guerre mais assorti de relation de travail tripartite et de relation de dialogue social, de faire en sorte qu’on s’asseye avec les fondateurs d’écoles privées, écouter leur part de vérité, écouter les enseignants du privé pour voir ce qui est faisable à l’heure actuelle », a-t-il déclaré.

Il renchérit entre autres : « On va élaborer un cahier de charge, une pétition qu’on va soumettre au gouvernement, au ministre du Travail pour faire en sorte que le secteur soit réglementé. Surtout qu’il aura les états généraux de l’éducation, cette promesse faite par le président de la République, on fera cas des enseignants du privé… », a promis Michel Pépé Balamou.

À noter que la plateforme des adhérents regroupe plus de (1500) enseignants, des écoles privées sur toute l’étendue du territoire national.

 

Mamadou Dian Bah