Face à la menace du FNDC, le ministre de la Sécurité et celui de l’Administration haussent le ton…

0
20

Récemment, Sékou Koundouno annonçait dans la presse la reprise des manifestations du FNDC après la fin du ramadan en dépit notamment de coronavirus qui suit sa progression. Les autorités sont sorties du bois ce vendredi 22 mai, annonçant que les dispositions sont prises pour éviter les manifestations pour ne pas compromettre la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Damantang Albert Camara, qui est ministre de la Sécurité et de la protection civile, a réagi ce vendredi face à la menace du FNDC pour la reprise des manifestations. Le ministre Damantang dit « attirer l’attention des Guinéens, des partenaires de ses manœuvres qui ne font pas honneur à notre pays et qui mettent en danger son avenir, ses institutions. Parce que cherchant à absolument mettre en confrontation l’effort de police et des populations de manière comme d’habitude créer des violences entraînant des victimes et procéder à une comptabilité macabre avec sur le dos du gouvernement. Nous n’avons pas l’intention de nous laisser faire et l’objectif était aujourd’hui que l’Administration du territoire et le ministère de la Sécurité attirent l’attention de tout le monde, d’en appeler à la conscience de ceux qui veulent bien faire la loi à cette conscience et d’annoncer que nous serons sur le terrain pour empêcher que cela ne se produise », a déclaré le ministre de la Sécurité et de la protection civile.

À propos de cette menace de manifestation, le ministre Albert Damantang ajoute : « d’un instant où elle intervient dans un contexte où tout le monde connaît, et que nous avons saisi depuis plusieurs jours un certain nombre d’informations nous annonçant la reprise des manifestations de l’opposition et du FNCD après le ramadan. Ces informations ont été confirmées hier par monsieur Koundouno et aujourd’hui par monsieur Bonimy sur des antennes des radios privées (…) », a-t-il rappelé.

Damantang Albert assure aussi qu’ils ne vont pas se laisser faire.

À rappeler, selon le ministre de la Sécurité, l’objectif de cette communication des deux ministères ce vendredi était d’attirer l’attention de tout le monde…

 

Makoura