Guinée : la cinquième conférence islamique nationale s’est bouclée sur des recommandations

0
42

La cérémonie de clôture de la 5e conférence islamique  nationale s’est tenue ce jeudi 5 décembre 2019, au centre islamique de Conakry. Cette conférence qui avait pour thème: «l’islam, Religion de paix, tolérance et du juste-milieu », l’événement était placé sous le haut patronage du gouvernement guinéen. 

Dans son discours de circonstance, le secrétaire général des Affaires Religieuses a démontré les enseignements tirés à l’issue de ces concertations entre religieux venus des quatre coins de la Guinée.

« Les 2, 3,4 et 5 décembre 2019, ont été une occasion pour les leaders religieux de notre pays, de débattre de façon raisonnable les questions liées à la mise en pratique du thème : ‘’l’islam, Religion de paix, de tolérance et du juste-milieu’’ en faveur d’un changement de comportement par les croyants de Guinée.

Nos préoccupations actuelles et qui sont les vôtres, concerne le maintien de la paix, de la cohésion sociale, de l’unité nationale, de l’amour du prochain et de son acceptation dans ses différences quelle que soit sa situation sociale, son appartenance politique et religieuse. Le fonctionnement normal des lieux de culte, centres de mémorisation et des foyers coraniques par l’élaboration des textes réglementaires qu’il faudra mettre en application dès votre retour dans vos préfectures respectives sera de renforcer la capacité des imams pour résister à la manipulation des politiciens…».

Avant de finir, Aly Jamal Bangoura, a annoncé que, « Ces quatre jours d’intenses travaux ont été mis à profit pour harmoniser les points de vue et expériences de chacun pour l’élaboration des messages appelant au calme, à la paix, la tolérance, au pardon et surtout à la patience tout en privilégiant le dialogue. Ils ont également permis de restaurer un large dialogue destiné à promouvoir les liens entre les croyants chrétiens et les musulmans de notre pays, la Guinée et à renforcer le climat parfait d’entente qui a caractérisé les rapports entre les confessions religieuses de notre pays…».

Cette conférence islamique s’est bouclée sur des recommandions lues par Elhadj Sayon Bangoura ; les participants ont fait des doléances à l’égard des autorités  et des leaders religieux.

 « L’engagement des leaders musulmans pour l’enseignement de l’islam tel qu’il est, c’est-à-dire sans exagération, ni altération et débarrasser de toutes interprétations déviationniste ; de toujours prêcher la paix, la tolérance, l’amour du prochain et l’acceptation de l’autre dans ses différences. De dynamiser les foyers coraniques et centres d’apprentissages du saint coran dans les mosquées. De veuillez à l’application des textes réglementaires liés à la Constitution, à la gestion des mosquées ainsi que des foyers et des centres coraniques ; d’accentuer la formation et le perfectionnement des imams, des prêcheurs et des prédicateurs ; de faire un plaidoyer pour une prise en charge des inspecteurs régionaux, des secrétaires et des imams préfectoraux par le gouvernement ; d’intensifier la sensibilisation des croyants en général et des jeunes en particulier à l’utilisation saine des réseaux sociaux et des médias pour la consolidation de la paix et de l’unité nationale, non pour la division et la haine ; intensifier la lutte contre l’extrémisme religieux sous toutes ses formes ; promouvoir la formation religieuse des femmes, des jeunes filles à tous les niveaux de la base au sommet ; créer un fonds de soutien et de solidarité en faveur des imams en situation de maladie et de détresse.

Le secrétariat général des affaires religieuses, d’intervenir auprès des autorités compétentes pour la promotion des écoles franco-arabes et des centres coraniques en Guinée. Renforcer l’éducation civique et morale de notre  jeunesse avenir de demain.

Doter le cabinet du secrétariat général des affaires religieuses en moyens logistiques appropriés pour lui permettre de résoudre les conflits pendants et de prendre en charge les véhicules VA offerts par le président Alpha Condé aux représentants des inspections régionales des 33 préfectures et des 5 communes de Conakry. Mettre en place une plateforme de dialogue interreligieux périodique… ».

Oumar KONATE