Guinée : le temps du déclic politique ?

0
93

Récemment, la CENI a proposé la date du 18 octobre 2020 pour la tenue de l’élection présidentielle. Mais d’ores et déjà l’opposition politique donne de la voix.

Dans une déclaration à la date du 24 juin 2020, l’opposition composée de Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré et autres « rejette le chronogramme » de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, proposé en effet par la commission électorale nationale indépendante (CENI).

Outre, l’opposition demande entre autres revendications, « l’annulation du double scrutin du 22 mars par la dissolution de l’Assemblée nationale et de la Constitution qui en sont issues ; la libération et l’arrêt des poursuites contre les militants du FNDC détenus ou poursuivis pour leurs activités contre le troisième mandat ; l’installation des Conseils régionaux en même temps que les Conseils de quartier ou de district ; l’ouverture d’un dialogue politique, sous les auspices de la communauté internationale, pour identifier et mettre en œuvre toutes les actions permettant à la Guinée de disposer de :

  1. a) Un Fichier électoral sincère et consensuel ;
  2. b) Un chronogramme réaliste, légal et consensuel ;
  3. c) Un organe de gestion des élections compétent, neutre et impartial ;
  4. d) Une juridiction en charge du contentieux électoral intègre et indépendante».

 

Makoura pour www.alerteur.com