Migration irrégulière : l’OIM-Guinée, à pied d’œuvre pour réduire le flux migratoire…

0
116

L’OIM-Guinée en synergie d’action avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ont procédé mercredi 14 octobre 2020, le lancement du projet de recherche du résultat 4 du programme.

 C’est un atelier placé sous le thème : « Comment et dans quelle mesure les interventions destinées à réduire la pauvreté et à améliorer les moyens de substance des populations affectent les aspirations, les décisions et les mouvements migratoires des personnes. »

Pour la cheffe de mission de l’OIM, Mme N’diaye Fatou Diallo, donné les raisons fondées de cet atelier « C’est de lancer les travaux de recherche qui sont financés par le gouvernement britannique à travers son programme ‘’difude’’. Les données qui découleront de cette recherche pourront nous permettre d’aller vers une analyse de l’impact de l’investissement au développement sur les décisions migratoires, le choix migratoire que les populations ont l’habitude de faire. C’est une recherche qui pourrait non seulement bénéficier au système des Nations-Unies et qui pourrait bénéficier à toute la Guinée mais également tous les partenaires qui sont actifs dans le cadre de développement », explique la cheffe de mission l’OIM

Présente à cette cérémonie de lancement, la chef de cabinet du ministère de l’Enseignement supérieur soutient que « l’enseignement supérieur et le système éducatif en général, sont concernés par ce phénomène à plus d’un titre. Parce qu’ayant la mission de constituer le capital humain de haut niveau pour assurer le fonctionnement dynamique de l’économie et dans la société en général. Le phénomène migratoire est aussi ancien que l’existence de l’humanité. Dans le contexte de la mondialisation et du développement des technologies de l’information et la communication, la migration prend une dimension nouvelle et dans des formes différentes. D’une manière générale, on assiste toujours à un flux de Sud vers le Nord ; et les jeunes en constituent le plus fort contingent souvent avec des conséquences catastrophiques. Notre ministère exprime sa disponibilité dans la recherche de solutions ».

À en croire les organisateurs, ce projet vise trois pays à savoir la Guinée, la Gambie et le Sénégal, à cause de leur similitude

Oumar Konaté pour alerteur.com

621077446