Présidentielle 2020 : ANAGUIF veut une élection apaisée et entame la mission de sensibilisation en région forestière…

0
70

Les membres de l’association des artistes de la Guinée forestière (ANAGUIF) ont quitté Conakry ce dimanche 27 septembre – pour l’intérieur du pays, précisément, la Guinée forestière. L’objectif de cette mission consiste à sensibiliser la population de la région forestière en vue de la préservation de la paix et la cohésion sociale entre les communautés en cette période de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020.

Ces artistes ont pris départ à Lambangni, la commune de Ratoma pour l’intérieur du pays. En outre, ces acteurs de la paix ont conçu des banderoles dont on pouvait comme slogan « Union, paix, réconciliation », « on ne veut plus de mort en Guinée forestière avant, pendant et après l’élection présidentielle ».

Dans son intervention à cette occasion, le manager de l’association des artistes de la Guinée forestière (ANAGUIF), Robert Kaliva Guilavogui alias ‘’Junior Kpakpataki’’, s’est réjoui de l’appui du gouvernement guinéen – et il a apporté des précisions sur le programme de la caravane de la paix.

« Avec l’appui du gouvernement guinéen, L’ANAGUIF se met en route pour aller sensibiliser les parents en région forestière. Il y a eu des changements dans le programme au lieu que ça soit tout le groupe qui passe dans les (7) sept préfectures de la région forestière; cette fois-ci, chacun des artistes ira directement dans sa localité pour pouvoir directement passer les messages de paix avec ses parents, même aller jusque dans les sous-préfectures, il aura des rencontres avec les associations et faire des porte-à-porte, il n’aura pas de concerts initialement prévus parce que nous sommes dans un état d’urgence sanitaire. Nous lançons un appel à tous les bords politiques pour que cette caravane soit une réalité, nous avons besoin de l’appui de tout un chacun, déjà le gouvernement a fait preuve de participation, donc nous attendons l’appui des autres organismes de la Guinée qu’ils soient politiques ou associatifs ».

Poursuivant son discours, Robert Kaliva Guilavogui est revenu sur le but de cette caravane. « Nous avons constaté que la région forestière est devenue l’épicentre de beaucoup de violences, donc pour contribuer à atténuer ces différentes violences, nous nous sommes dits en tant que leader d’opinion et porteur de messages, il est donc important de se mettre ensemble pour faire un ‘’single’’ pour rappeler nos parents que notre vie en société même si on ne gagne pas plus, mais on se sert de la politique pour nous diviser – et il est important de sauvegarder nos acquis. Pour que cette caravane arrive à bout, il faut que chacun se sente acteur de cette activité, nul ne doit être écarté quel qu’en soit son appartenance politique, ni sociale, nul ne doit être écarté quel qu’en soit ses prises de position vis-à-vis de l’État, nous voulons une élection apaisée en Guinée forestière ».

Pour sa part, l’artiste, auteur et compositeur, Antoine Flingo, acteur de la caravane de paix, a aussi dit ses mots.  « Il faudra faire comprendre à la jeunesse qu’aujourd’hui, on n’a pas besoin d’être instrumentalisé ou diviser, il faut qu’on donne la force aux jeunes et femmes de rester unis dans la paix et la cohésion sociale. Par rapport aux élections, ce n’est pas la guerre, il faut que les gens comprennent, ensemble, construire une Guinée unie et prospère. Je viens chez moi à Kissidougou pour m’adresser à mes parents, nous n’allons passer dans les grandes écoles, dans les grands marchés hebdomadaires pour faire passer les messages de paix. Pour moi, partout on parle de paix, c’est primordial, parce que tout ce que nous faisons aujourd’hui se passe dans la paix, tu revendiques, c’est dans la paix, vous savez, c’est dans ton pays tu vas revendiquer ton droit, mais quand tu es réfugié tu ne vas pas réclamer ton droit la- bas c’est le HCR qui te nourrit », a-t-il déclaré.

 

Les propos recueillis par Mamadou Dian bah

628 56 84 52