« Tous les activistes du FNDC sont des militants des partis politiques », dixit Mohamed Bachir DIALLO

0
144

De nos jours, la plateforme de revendication dénommé Front National pour la Défense de la Constitution connaît des critiques depuis l’échec de leurs objectifs principaux notamment l’adoption d’une nouvelle constitution et la participation d’Alpha CONDÉ à la prochaine échéance électorale, visant un 3ᵉ mandat. Une situation qui suscite des débats au sein de l’opinion politique guinéenne.

Si pour certains le moment est opportun pour adhérer au Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), pour d’autres, il est temps pour eux de se retirer. C’est le cas de Mohamed Bachir DIALLO, ex coordinateur de cette structure qui pointe du doigt certains membres d’être militants des partis politiques. ‹‹ C’est juste encadrer certains activistes qui veulent mettre le feu dans leur pays. Concernant surtout des activistes déjà qui composent le FNDC, plusieurs fois je vous ai tenu informer qu’actuellement, le FNDC est devenu une entité composée par des activistes militants au sort des partis politiques ››, a-t-il révélé.

Pour cet ancien porte-parole du FNDC, tout activiste de la plateforme de revendication évoluant dans la structure de communication d’un parti politique aurait dévié sa mission. ‹‹ Aujourd’hui, je le dis haut et fort, tous les activistes du FNDC sont devenus des militants des partis politiques ››, a-t-il renchéri.

Par ailleurs, il appelle cette entité à sursoir à toutes manifestations jusqu’après l’élection présidentielle prochaine pour maintenir une paix durable et pour l’avenir de la jeunesse guinéenne. ‹‹ le FNDC a perdu déjà le combat. Avec déjà le comité de pilotage dont vous appelez les leaders politiques qui luttaient pour les mêmes revendications, sont partis à cette élection. Dans ce cas, si déjà l’objectif pour lequel nous menons le combat, c’est-à-dire pour ne pas que les législatives aient lieu, et qu’il n’y aurait pas l’adoption d’une nouvelle constitution, même ce comité de pilotage a approuvé cette nouvelle constitution. Par ce que c’est sur la base de cet actuelle constitution que se tiendra l’élection du 18 octobre avec la participation de Cellou Dalein Diallo, Ousmane KABA et Kabélé ››, énumère l’ex-coordinateur du FNDC de la commune de Ratoma, évoquant es raisons de sa démission.

À la question de savoir sa position actuelle face à cette même cause c’est-à-dire le combat pour l’alternance, Bachir répond en ces termes : ‹‹ moi je suis politique et non activiste. Beaucoup de partis politiques veulent que je vienne. Ce n’est pas mon adhésion. On va venir pourquoi, si déjà vous avez trahi à plusieurs reprises ? Pour le moment, je ne suis pas prostitué d’un parti politique mais avec des consultations, parce qu’il y a plusieurs coordinations qui sont en train de revenir à la raison, c’est-à-dire, le combat dont nous sommes en train de mener, j’ai été à Coyah mercredi dernier et le dimanche prochain, je serai à Tanènè. Cette fois-ci, je suis sûr que ce présent combat n’est pas de type ››, s’est-il rassuré.

 

Mamadou Dian Bah