[TRIBUNE] la guerre n’est pas la solution, le peuple veut des programmes économiques sérieux à fort contenu social

0
130

L’invitation à la guerre, la promotion des violences politiques et attaques contre le cortège des acteurs politiques en cette période sensible de campagne électorale, n’augure rien de bon pour les populations. Pourquoi le discours politique est si médiocre dans notre pays ? Quel type de guerre faut-il mener pour le peuple de Guinée ? Quel programme avons-nous besoin pour faire face aux souffrances des populations ?

La médiocrité du discours et du débat politique actuel dans notre pays s’explique essentiellement par :

  • Le manque de vision de la majorité des acteurs qui animent la vie politique ;
  • L’amateurisme qui caractérise le traitement des sujets d’importance capitale ;
  • L’instrumentalisation de l’ethnie comme arme de combat ;
  • L’absence de programmes crédibles pour la majorité des acteurs à vendre aux populations ;

La guerre qui mérite d’être menée dans ce pays par les patriotes qui aiment leur pays, c’est la guerre contre :

  • La pauvreté ;
  • Le chômage ;
  • La corruption ;
  • L’amélioration de la bonne gouvernance ;
  • L’atteinte de l’émergence économique ;
  • La réalisation des infrastructures de base ;
  • L’amélioration de la qualité des systèmes éducatifs et de santé ;
  • La lutte contre l’ethnocentrisme et
  • L’incohérence du discours politique.

Évitons d’utiliser les chemins inappropriés pour assouvir des ambitions si légitimes soient telles au détriment du bonheur de ce peuple meurtri par des décennies de sacrifices rien qu’au bénéfice d’une classe politique qui souffre de prouver ses mérites en termes de bilan économique et social en faveur des populations.

Si pendant plus de 60 ans et en temps de paix on n’a pas pu poser les fondements du développement d’un pays à potentialité immense ; ce serait après une guerre que cela serait possible ? Rien n’est moins sûr. Relevons le niveau du débat et donnons enfin l’opportunité à ce peuple de voir le bout du tunnel.

Refusons de faire le jeu des opportunistes, qui excellent dans les détournements de deniers publics, de semer les germes des tensions ethniques, les violences politiques entraînant des morts de jeunes innocents pour des ambitions égoïstes.  Et puisque nous sommes fermement convaincus que l’émergence économique et le développement ne passeront pas par des fléaux que sont :

La guerre, tensions ethniques, violence politique et l’insécurité ; alors barrons la route aux commanditaires et auteurs de ces fléaux dans notre pays.

Quelle honte pour la classe politique d’avoir ramené le débat public à un niveau aussi bas ? La guerre ne profite qu’à leurs commanditaires et aux politiques assoiffés de pouvoirs et non au peuple  de Guinée qualifié de meurtri.

Ce comportement de cette élite qui semble avoir perdu complètement de repère a entrainé le pays sur une trajectoire dangereuse et faire perdre tout espoir à un peuple et une jeunesse qui mérite de profiter des opportunités qui s’offrent à eux et plonger la majorité de ses habitants dans la :

  • Pauvreté
  • Le chômage chronique et
  • La violence politique depuis plus de 5 décennies. Quelle honte pour une élite qui ne peut servir, que ça à un peuple aussi compréhensif et prêt à affronter dans la dignité tous les défis du développement ?

Ce vaillant peuple mérite mieux que les tensions ethniques, les violences et les discours politiques de bas niveau qui n’apportent rien à l’édification d’une nation soudée et forte pour un idéal de développement.

C’est pourquoi nous sollicitons vivement que les politiques vendent au peuple de Guinée des programmes économiques sérieux à fort contenu social pour être utiles à ce pays et à ces populations exécutées par des hommes de valeur, intègres jouissant de bonne moralité et non la guerre qui ne profite qu’aux médiocres et aux politiques sans vision pour le pays et animés de haine.

Pour améliorer la qualité du discours politique compréhensif par le peuple de Guinée, nous vous invitons à mettre au centre du débat les visions, les programmes économiques et de gouvernance, les bilans contre bilan pour donner au peuple l’opportunité de faire un choix libre et responsable.

C’est l’occasion pour nous de féliciter le RPG ARC EN CIEL, qui au cours de cette campagne électorale, fait l’effort de présenter, secteur par secteur le bilan des dix dernières années de gestion comparées aux 52 ans de la première et la deuxième république comme argument pour conserver le pouvoir.

Certes, nous pouvons affirmer sans risque de se tromper que les résultats obtenus pendant ces dix dernières années, sont sans commune mesure meilleurs par rapport aux décennies précédentes dans les domaines suivants :

  • La réussite de la réforme des forces de défense et de la sécurité ;
  • L’allègement de la lourde charge de la dette publique accumulée par la gestion passée qui représentait un obstacle pour le développement économique et social du pays ;
  • La promotion des jeunes dans les hautes fonctions de responsabilité ;
  • La réussite de la politique minière (plus de ressources pour le budget de l’Etat, emplois, contrôle des ressources, les collectivités et les politiques sociales : ANIES, ANAFIC) ;
  • L’instauration de l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire
  • La hausse significative des recettes budgétaires (plus du doublement en 10 ans) ;
  • L’atteinte d’un taux de croissance à 2
  • Chiffres jamais égalés durant les décennies précédentes conditions essentielles de la répartition de la richesse et l’atteinte de l’émergence économique et la lutte contre la pauvreté
  • Une politique agricole qui a donné des résultats encourageants malgré quelques limites attestées par l’abondance des denrées de premières nécessités produites en Guinée sur les marchés à des prix abordables comparés aux produits importés
  • L’avancée significative dans la politique énergétique (5 fois plus de mégawatt que les décennies précédentes)
  • La clarification de la politique industrielle à travers la création de nouvelles unités et la réhabilitation d’autres qui étaient aux arrêts
  • La réussite de la politique monétaire dans un contexte d’instabilité attestée par la maîtrise de l’inflation et des risques du système financier,
  • Une politique de développement régional qui peut servir d’exemple,
  • La stabilité macroéconomique observée dans la durée comparée aux gestions précédentes,
  • L’existence d’un programme social de lutte contre la pauvreté (soutenu par les IFI) dont le financement est identifié et qui connaît un début de mise en œuvre qui peut réduire la pauvreté de moitié dans notre pays en 5 ans,
  • La digitalisation des opérations financières, l’un des moyens efficaces de lutte contre la corruption et le détournement des ressources publiques,
  • Des efforts et non des moindres entrepris dans les secteurs de la santé et de l’éducation si comparées à la gestion passée sont meilleurs, doivent être renforcés pour atteindre surtout les objectifs régionaux,
  • Les efforts louables en matière de transport.

Il est fort probable que l’impact social des résultats de ces politiques économiques et sociales (d’ailleurs reconnues par des économistes réputés et sérieux qui sont dans la course à la magistrature suprême de notre pays) soient perceptibles dans les deux prochaines années.

Il faut saluer également certains candidats de valeur et patriotes qui sont des références dans notre pays, qui ont fait leur preuve en Guinée et à l’international ainsi que dans les structures de la société civile qui déroulent sans passion leur programme aux populations et électeurs pour la conquête du pouvoir politique.

Nous souhaitons vivement, quel que soit le résultat de ces élections que ces patriotes compétents et intègres se donnent la main pour travailler ensemble afin de créer les conditions de l’émergence économique et sortir ce pays de la pauvreté, du chômage et de la corruption.

Nous invitons ces brillants économistes et juristes compétents et intègres, soucieux du développement de leur pays d’accepter de se mettre au service de leur patrie, pour écrire l’histoire car les Guinéens méritent le bonheur, la prospérité, le vivre ensemble et la stabilité.

L’heure n’est plus au discours de guerre, de haine, de tensions politiques mais plutôt à l’apaisement, à la réconciliation de tous les Guinéens quel que soit le bord politique pour un idéal commun : la prospérité du peuple par le travail dans la paix et la stabilité. C’est ce dont nos populations ont besoin aujourd’hui dans un pays qui a tout pour rendre ses habitants prospères si la qualité de la Gouvernance s’améliore dans un contexte de paix et de sécurité.

 

                                    Mamady CONDE

                 Master2 BANQUE.FINANCE/ETUDES DE DEVELOPPEMENT

                  [email protected] /628 10 63 05/669 08 25 29